ESPENYALLUCHS 2016

ESPENYALLUCHS 2016

78,38 $ la bouteille

ESPAGNE, D.O. PENEDÈS, ENRIC SOLER
Caisse de 6 bouteilles

Prix à la caisse : 470,28 $
PRENDRE NOTE : les vins en importations privées peuvent seulement être commandés à la caisse (de 6 ou de 12 bouteilles selon le produit, comme indiqué).

Catégories : , , Étiquette : Product ID: 1522

Description

DOMAINE CAL RASPALLET –
ENRIC SOLER

DÉGUSTATION : ESPENYALLUCHS
Bien que le nom soit difficile à prononcer, le vin mérite vraiment la peine. Espenyalluchs a une expression très fraîche. Le nez est d’une intensité moyenne aux arômes citriques et d’herbes comme le fenouil. Bonne acidité qui lui laisse présager un bon potentiel de garde, avec une certaine tension et minéralité. La production est en dessous de 1 500 bouteilles.

Espenyalluchs (c’est le nom de la vigne) provient d’une parcelle plantée en 2010 avec de greffes de la Vina dels Taus à Torrelles de Foix (Alt Penedès, Haut Penedès) à 500 mètres d’altitude (ce qui n’est pas habituel), mais Soler était disposé à courir des risques pour chercher un expression plus fraîche de la variété. Elle occupe un hectare sur un coteau entouré par le bois.
Les sols sont d’argile pure avec des pierres roulées et minérales comme le silex. Il a opté pour la conduction en gobelet avec un marc de plantation étroit et haute densité par hectare. Ce blanc a été fermenté et élevé en barrique de quatre, cinq et six ans.
Le très personnel projet d’Enric Soler, focalisé sur la xarel.lo, est centré en à peine deux hectares de vigne que se traduisent en 8 000 bouteilles réparties
en trois références. Soler pratique une viticulture raisonnée que inclue l’usage de préparations biodynamiques depuis 2005. Il travaille avec des fermentations spontanées, ne corrige rien et ces dernières années il a tendance à alléger la présence de la barrique, préserve l’acidité et gagne en pureté dans ses vins. Il travaille avec un seul chêne français et les vins passent entre huit et neuf mis en barrique avant d’être embouteillés en mai-juin, juste après le réveil du printemps”, comme Soler nomme la bonne expression que montre les vins à cette époque de l’année.